Henriette, ou bien ?

tumblr_oa612wjEfg1siix6yo2_500

LE CROCODILE

Henriette de Bordeaux est née à Limoges, j’déconne, c’est pour fixer ton attention. Meuuuuuuh non, je n’ai rien contre « Limoges », ne commence pas ! Meuuuuuuuh arrête un peu ! Henriette n’existait pas avant 2017. Avant 2017, j’écrivais et ne dessinais que pour mes amis. Quelqu’un boudait ? Ope-Ope-Ope, je dégainais un dessin rigolo (tu permets ? Je peux le trouver drôle ? Merci !) et le clash se terminait instantanément. Un crayon comme une baguette magique. En Suisse, j’écrivais. À Montreux, pour des sociétés diverses et variées, des dossiers, des slogans, des idées, j’adorais. Dix années au bord du Lac Léman, face à la tête de crocodile. Tu connais la tête de crocodile ? Luc Plamondon habite face à la tête de crocodile mais jamais il ne l’a remarquée, et pourtant, il est resté inspiré donc tu peux t’en passer…mais je suis là, pour te dévoiler LE secret. Tu t’installes, tasse de thé ou café, canapé, sans télé. Prêt ? Okay. Rien, ni personne ne me manque, mais le crocodile, lui, me manque, car moi seule le voyais. Souvent, j’ai demandé :

-tu vois quoi, là ? Là !  (+ index tendu droit devant, visant le fameux crocodile)

-bah…des montagnes !

-pas que, regarde bien !

-la France ? Je vois des montagnes !

-oui, c’est la France en face, mais concentre-toi ! Re-gar-de ! Le museau ! La tête !

-je ne vois que des montagnes <–(réponse du tebé qui ne peut pas grimper une seule marche de l’escalier de l’imaginaire, en dedans de lui-même). Bref, personne ne voyait le crocodile. (#drame #isolement) Quand je vous dis que j’étais seule à le voir, c’est faux, le capitaine du bateau (Lausanne-Montreux) le voyait aussi. J’ai Twitté une photo « des montagnes », il a répondu « la tête de crocodile » ! Oh capitaine, mon capitaine… Regardez la première photo. Vous voyez son museau, posé sur l’eau calme du lac, on dirait qu’il dort, il attend surement que les poissons se réveillent. Et si je lui colle un oeil rouge, vous le voyez le crocodile ? L’oeil, le museau posé sur l’eau, tu le vois ? Il est beau mon crocodile ! (voix off : tu saoules avec ton crocodile !)Montreux, je t’ai aimé, jamais je ne me suis lassée de toi. Tous les jours, tu m’as émerveillée, Montreux, j’avais besoin de toi.

tumblr_oa612wjEfg1siix6yo6_1280

 Le PARADIS

Tout ça pour dire, qu’en face de lui, cachée derrière lui, entourée de montagnes, j’écrivais, masquée sous un joli pseudo. Tu es toujours avec moi ? Okay (je t’aime toi, tu sais ? + pinçage de tes deux joues). La Suisse c’est beau, air pur, du vert partout, ces immenses montagnes qui plongent dans le lac Léman. Cet accent tellement charmant fayotage de luxe La Suisse est juste à côté de la France, un tout petit pays qui se débrouille pas mal (ne commence pas ! Quoi que tu penses, il existe et tu dois l’accepter !). Montreux, c’était Claude Nobs, c’est toujours le festival de jazz, les artistes, la musique, mais surtout et avant tout, pour moi, ce sont les fleurs. Des fleurs partout, tout le temps, des couleurs qui n’ont pas encore de nom, un décor de film. La Suisse c’est Charlie Chaplin, le cinéma, le noir et blanc. Montreux, c’est le zen, le silence. Personne ne crie, aucune être vivant ne hurle, le bord du lac est calme comme l’intérieur d’un hôtel étoilé, il y a des bancs, des arbres centenaires, des cafés délicieux, des sculptures, des mots sur des plaques en métal, quelques boutiques, peu de monde, pas de bruit. Le luxe, pour moi, c’est le silence. C’est pourquoi, aujourd’hui, j’habite Bordeaux hyper centre… (#ohÇaVa)

tumblr_3d82b6f053837a40f34da3a4e32c6a26_fdf74fb7_1280

L’ENFER 

LA FONDUE. En dix ans, invitée plusieurs fois à diner ou déjeuner, je n’ai mangé que ?  (#tropEasy) De la fondue, bravo ! Une terrine, un pâté, un saucisson, des chips, des frites, du pigeon, du cheval, du veau, ou des brocolis ? Jamais ! JA-MAIS en dix ans. Été comme hiver, on mange « la fondue ». Je n’étais pas prête à ça, les mecs. Je suis arrivée, Française, Addict à la bonne bouffe, fan de la table, de la gastronomie, persuadée que je reverrai un jour, la couleur d’une carotte, ou la feuille d’une laitue, mais NON ! Rien que du fromage fondu et ces pauvres petits cubes de pain, que l’on noie dans ce liquide gluant et chaud, appelé « fromage »…

-Ce soir, on dine chez JC et Clo, ou bien ! <– (accent Suisse tellement speed sa mère)

-super, j’ai hâte ! Clo va peut-être nous préparer une surprise ? <– Joie de la Française naïve qui pense enfin manger des légumes, ou un plat qu’elle ne connait pas encore. (#rêveSpèceDeFrouze / Notez que les Suisses appellent les Français : les « Frouzes », tellement élégant, on adore…)

Je me gare, ouvre la porte de la voiture et là…là…je referme la porte ! Une odeur nauséabonde… le truc acide te prend à la gorge, te ligote le visage, passe sous le capot de la mini, s’engouffre sous la pédale d’embrayage, te chope le nez, serre tes deux narines. Ses quatre petites pattes blanches aux griffes aiguisées t’étouffent peu à peu, tu suffoques lentement (#agonie). Une sensation monstrueusement pénétrante : l’odeur du fromage. Mais quelle angoisse. Dix ans les mecs ! DIX ANS ! J’ai mangé de la fondue chez mes amis, sur des terrasses, sur un bateau en plein mois d’aout, j’ai mangé mille fondues, à l’ail, à l’emmental, au gruyère. Moi, Française polie, jamais je n’ai osé dire « stop », j’ai avalé sans piper mot. J’ai eu soif des nuits entières, j’ai eu mal au ventre de longues heures car la fondue est comme un parpaing à l’intérieur de toi. (#MortSubite). J’ai résisté.

tumblr_b1033107fded8f7b1b53ba0836515461_c8b04a06_400

LE PÂTÉ Invitée chez des amis, je suis fière d’offrir un pâté, pas n’importe quel pâté, « the » produit du Sud-Ouest, ramené de Biarritz. Une perle dans son écrin, une pépite aussi rare qu’une truffe blanche. Tranquillou bilou, la maîtresse de maison hurle :

-c’est quoi çaaaaaa ?

-(#failliMétranglerAvecLeFendant #vinSuisse) un excellent pâté pour ton apéro au fromage. Ne t’inquiète pas, il n’est pas vivant, ouvre la boite…n’ai crainte, il est bien mort.

-What the fuck ? <–(#ConnasseEnPanique)

Le bipède aux cheveux longs, revient avec quoi, dans la main ? Je te le demande ! Une cuillère ! Une pauvre cuillère en fer ! (#ouhLaHonteOuhLaHonte) Je l’ai regardé telle Miranda Priestly, dans le film « le diable s’habille en Prada ». O-FFEN-SÉE ! À partir de ce moment, je n’ai offert à mes amis connaissances Suisses, que des présents qui se mangent oui, mais seulement avec les yeux : vases dégueulasses ; dauphin bleu ciel, qui change de couleur selon la météo (#bienFait). La frouze se venge des lentes tortures Suisses !

tumblr_afed785ab37f8e0d4d63e1c5b52890db_95e7c120_540

LE CLIMAT on en parle ? Je suis arrivée pensant que l’hiver serait froid. Froid n’existe pas là-bas. L’hiver n’est pas froid, il tue ! Il tue les microbes, les insectes, tout ce qui bouge à l’extérieur ! Bonnet de Septembre à juin. Un bonheur pour une Française du Sud. J’ai tenu ! Écharpe, bonnet et le majeur droit tendu, vers les Suisses en T-shirt dans la neige, qui se moquent… J’ai tenu.

L’ACCENT remarquable et LES EXPRESSIONS que nous, Français, ne comprendrons jamais.

-tu peux passer la panosse, ou bien ?

-plaît-il ?

-la pa-no-sse !

-putain, mais tu ne peux pas dire « l’éponge » comme tout le monde ?

-pas comme tout le monde, comme les Français ! (#mange)

-vi mamour ! <– (fille qui s’écrase, parce qu’elle ne veut pas quitter le pays ce soir, qu’elle est en pyjama koala, parce qu’il est trop tard, il fait nuit, et parce que le froid rode comme un loup et qu’elle pète la trouille de sortir seule)

« ou bien » ? Mais « ou bien quoiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ? » Aucun Suisse n’a jamais su quoi me répondre (Bande de nuls !)

-« bonne fête ou bien ! »

-merci MAIS c’est le 25 mai, pas aujourd’hui. (#MaitreCapello) Au fait, il fallait que je te pose une question, comment appelles-tu « un chat » ?

-« un chat » !

-VOILÀ ! Alors tu vas dire « bon anniversaire » au lieu de « bonne fête » ! On se comprendra, tu parleras Français, tout ira bien. Bisou, bye.

Je me suis agacée, j’ai bouillu des nerfs comme le café. J’ai gueulé comme une Française que je suis (#chauvine), affrontée et défendue mon pays devant une meute aux idées, parfois, aussi petites que la taille de leur pays. J’ai apprivoisé le froid, écouté le silence, j’ai supporté l’ombre des montagnes, les hivers, les neiges éternelles, parlé au Mont-Blanc, j’ai jeté des skis, balancé des raquettes, lancé des bâtons dans des sapins. J’ai cru, surtout au début (les 9 premières années), que j’allais rentrer en France et j’ai tenu. Tout ça s’est passé avant le drame…

tumblr_6ffbd939839a21dd918f8d63e2807071_fefd3268_500

LE DRAME

Six mois après mon arrivée, je passe un scanner. Vertiges. Nan mais je t’explique, je ne supportais pas ces montagnes immenses, elles m’étouffaient, cernée, ne pas voir l’horizon jamais. Je ne disais rien, mais je suffoquais (remarquez la fille hyper cérébrale qui peut s’auto-exploser le seul fusible, qu’elle possède dans le cerveau). Bref, scanner et tout le bordélousse. La cuanta arrive et là, tu dois payer.

-payer quoi ?

-ton scanner et les examens, ou bien.

-combien ?

-total 8000 francs (#chf #francsSuisses)

-me sens partir… <– (fille visage couleur Benetton, prête à dégobiller) –> En euros, ça fait combien ?

-8000 euros… à peu près.

-Rapatriez-moi en France, de toute façon, je sens que c’est la fin. Je dois avoir l’assurance avec ma carte bleue…laissez-moi mourir dans mon pays, la France. La France si généreuse, si belle, si solidaire…. <– (fille qui tente la ruse pour ne pas payer un franc. Réaction au triple-trauma) –> Vous me faites payer parce que je n’aime pas la fondue ! Vous me faites payer parce que je sais débattre, et vous non ! Vous me faites payer, bande de jaloux, parce que je viens du plus beau pays du monde entier de tout l’univers ! Vous me faites payer, très très cher, parce que vous n’aimez pas les frouzes ! Voilà ! Je vous hais, je vous conchie ! Laissez-moi mourir ici, jetez moi dans le Lac Léman, les filets de perches me mangeront…prévenez ma famille. Vous me faites payer parce que je suis belle ! Je vois votre manège ! (#délirium) À Juju, je lègue ma Rolex (contre-façon mais elle claque sa race), maintenant, j’aimerais que l’on me laisse dormir à jamais et surtout dignement. (paupières qui se ferment, sauf un oeil, histoire de vérifier si l’autre se barre en vous abandonnant comme une pauvre loque humaine)

La crise terminée, le choc estompé, j’ai payé. En neuf cent fois, j’ai payé b*rd*l de m*rde ! À partir de ce moment là, j’ai su que, dans mon pays, je rentrerai. Dix ans plus tard, l’heure du retour est arrivée.

-Cht’aime tu sais ?

-FRANCE : tu m’aimes mais tu m’as quittée !

-Tsssssss, tu ne comprends rien aux femmes ! Je ne t’ai pas « quitté », j’ai crée le manque, pour une seule raison : t’aimer encore mieux. C’est totalement différent.

-FRANCE : welcome baby !

-aaaaaaaaaaaaaaa-lléluia ! aaaa-lléluia ! alléluia ! <—(fille entourée d’une lumière blanche, en joie, à genoux, mains jointes, menton qui tremble, larme de crocodile au bord du cil)

Deux lustres

tumblr_pbx3gzbrHP1s0cbv6o1_400

J’ai tenuuuuuuuuuuuuuu les mecs ! Dix ans ! (#médailleDor). J’ai retrouvé Bordeaux, ma ville natale. Tu vois la place de la comédie ? La rue du parlement ? Je suis là. Là, dans le bruit, dans la vie, entourée de couleurs, la pierre blanche, les vélos, les fêtes, la musique, mes amis. C’est ici qu’Henriette est sortie de mon imaginaire. Henriette qui débat, qui hurle, pleure, se marre, Henriette lucide, moqueuse, libre de penser, ici Henriette mange du pâté à l’aide d’un couteau ! (+ clin d’oeil).

Je ne me cache plus, derrière d’impressionnantes montagnes, loin de vous. Je n’ai plus peur de vous dire, au travers d’Henriette, ce que je pense et qui je suis. Je reste derrière Henriette, sous le pseudo « SophieB » car c’est elle, et elle seule qui compte vraiment : Henriette de Bordeaux.

Je m’appelle SophieB, je dessine Henriette de Bordeaux.

—————————————

PS : Merci d’avoir lu ce petit billet, je vous demanderais de me rejoindre sur Insta, là-bas, je vous offrirai le café. Bisous bisous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :