Instagram

Facebook est mort, vive Instagram. Un petit monde bienveillant, où l’on parle beauté, petits oiseaux, un monde rose, happy life, life style, food, états d’âme, sexe, foot… Vous y êtes sûrement, n’est ce pas ? Instagram est un mélange de douceur, de couleurs, de fleurs, « la réalité Instagram » est le « Truman show » 2019. La vraie vie n’est pas sur Insta, donc on aime Instagram. Rêver, voyager, voir l’autre, rencontrer, discuter. J’ai parlé à plusieurs personnes, connues sur ce réseau social, cinq exactement. Vous voulez que je vous raconte ? Oui ? Non ? (t’façon, tu n’as pas le choix, ce sera oui)

(1) La poche. Tu as, pour la première fois, une personne au téléphone, l’amie d’un ami, donc tu penses que la personne est comme ton ami, tu ne te méfies pas (#TuDevrais). Une femme, qui ne dit jamais son âge car elle a 60 ans (#poukaver). Une personne qui, sur Instagram, se filme sans arrêt (#JeNaiPasDamis.Com), qui s’invente un monde, une vie, elle y croit tellement, que tu n’oses pas la contrarier. Plus c’est gros plus ça passe, mais là c’est tellement énorme que ça ne passe pas. Au téléphone, au bout de dix minutes, tu réalises (parce que les 10 premières minutes, tu as douté) qu’elle est ivre morte. Ah ok, toi qui pensais que sa mâchoire était cassée, qu’elle avait des broches dans les gencives (#QueTuEsNaïf). Bref, si tu es sur Insta, tu vois cette personne rouler en Merco (prêtée par l’oncle –> LoL / le monde est si petit, honey !), elle roule, dans des propriétés vastes, en pleine campagne. Se filme au volant, seule, légende de la vidéo : « il m’a filmée par surprise« …. Arrête de nous prendre pour des quiches, s’t’plait. Pitié ! Arrête ! Tellement faux, tellement surjoué. Arrête ! Sur Insta, elle est « chirurgien », dans la vraie vie : femme de ménage, au bloc opératoire, bref, peu importe qu’elle fasse ça ou ça. Nous espérons tous, qu’elle n’ait pas à sauver une vie. Elle va nous les achever ! Se mentir la regarde, mais nous mentir… Uhuhuh ! C’est môche ! Cette personne connait tous les comptes d’Instagram, elle cite les pseudos, a mémorisé les commentaires, les réponses, connait les abonnés, les femmes, les hommes, les comptes fantômes, etc. À croire qu’Insta est son seul ami. Elle doit en faire voyager quelqu’uns puisqu’elle a pas mal d’abonnés (Les acheter ? Que tu es mauvais !) Entre amis, nous parlons souvent de ces gens, tellement flippant, sur Instagram. Notre « amie » la poche, revient souvent dans les conversations. Obsédée par les « likes », par les « vues »… Cette conversation entre elle et moi, cette nuit là, m’a brisé le coeur, j’ai eu ce sentiment insupportable : la pitié. Elle m’appelait et rappelait à 4 heures du matin, impossible à raccrocher, elle s’écoute parler, impossible de placer un mot, le cauchemar ! (non, il n’y a pas de « d » à cauchemar, non ! Si je te l’dis !). Elle fixe sur une artiste, jusqu’à se tatouer son prénom ( petit signal « attention branque »). Plus je l’écoutais et plus je sentais l’alcool couler dans ses mots, impossible d’articuler. L’angooooooooooisse. Je l’ai bloqué. (#SiTuVeuxJeTeLaDonne)

J’ai appelé notre ami commun. Il ne la connaissait « que » sur Insta, donc ne la connaissait pas et ne voulait pas la rencontrer. Personne n’aime le mensonge. (#Next)

(2) La peintre, même cas. S’écoute parler, rigole à ses propres blagues, se contre fou de ce que tu lui dis, ne pose aucune question car centré uniquement sur elle. Bruit permanent du glaçon dans le verre. Elle, je ne m’en doutais pas une seconde, quelle déception. Je l’évite. (3) Le féculent, alors lui…lui… un dangereux dingue ! (#violent). Crise d’hystérie, insultes, amoureux d’Henriette. Euh mec, c’est un personnage dessiné, un personnage qui n’existe PAS ! Tu sais ça ? Dès que je postais un dessin d’Henriette, il m’envoyait des messages privés, me tapant des crises ! Jalousie, hystérie, paranoïa, selon les humeurs de Monsieur. Le grand malade nous fait un transfert dangereux. Je ne suis PAS Henriette, okay ? Mot en quatre lettres, commençant par « Nex » et se termine par « t ». À éviter d’urgence. (4) Le Marteau piqueur : celui qui tente de pêcho en prenant tous les prétextes possibles. Tellement sûr qu’Instagram est Tinder…Raconte sa carrière de photographe (du 7 juillet au 12 aout 1876), s’écoute parler, ramène tout à lui (mais ferme là !) Mais où allez-vous chercher tout ça ?

J’ai décidé de ne plus répondre à tous les messages privés. Donnez le poignet, on vous grignotera les poumons. Gérer les « MP », ça s’apprend, j’ai appris. Meeeeeuh oui, toi j’t’aime ! Meuuuuh non, je ne te bloquerai pas ! Meuuuuh oui, toi, je te répondrai ! Commence pô !

Ce qui est drôle sur Instagram, c’est qu’ils ont TOUS eu des carrières « artistiques » (avant de se retrouver à la poste ou chez LeroyMerlin), ils ont connu personnellement George Michael ou Mickael Jackson… Il y a ceux qui adorent soudainement Bordeaux, donc veulent venir chez oim, « normal ». Non. (VatAcheterDesAmisOuUnHotel.com). J’ai une vie privée, tu sais ? Je n’en parle pas sur les réseaux, donc tu imagines ma vie comme la tienne (creuse comme une coquille d’huître), je ne t’en veux pas, mais c’est non. Nous ne sommes PAS amis ! Les hommes sont un peu plus « futés », dans leurs posts. Ça t’étonne ? C’est en message privé que ça se corse… L’invisible offre des surprises ! Il y a les escrocs, qui pensent capturer des proies faciles. Ils attrapent dans leurs filets, celles et ceux qui pensent que tout ce qui brille, est de l’or. Tout ce qui brille…

Sur Instagram, comme sur Twitter ou Facebook, il y a tout et n’importe qui ! J’crois que j’ai peur. Instagram, un monde où la réalité (de certains) dépasse la fiction.

Et puis, il y a les rencontres merveilleuses, des personnes ancrées dans la vraie vie. Des personnes qui ne sont pas sur Insta pour tout déformer, qui ne sont pas en mode séduction, qui sont naturelles, qui ne postent pas du fake. Il y a ceux que l’on retrouve, des hommes et femmes sans arrière pensées, des hommes amoureux de leurs femmes, des femmes qui n’attendent rien. Ces personnes sont sur Insta, pour se construite un album souvenir et le partager. Ils et elles sont drôles, ils et elles sont « eux » ! De belles personnes, celles que tu rencontres pour un café ou un déjeuner, et qui deviennent de vraies amies. Instagram n’y est pour rien, c’est une histoire d’êtres. Être soi, ne rien attendre.

Mark Zuckerberg va supprimer les « likes », vous pourrez encore cliquer sur le fameux « coeur », mais plus aucun chiffre ne sera inscrit. L’égo ne sera plus alimenté, au régime !

Aimer sans compter. C’est beau (+ larmichette au coin du cil).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :