Ralph et Meggie

Tout le monde connait le père Ralph de Bricassart (sauf si tu es née après 1765) Si tu connais Ralph, tu connais Meggie Cleary… Ils se rencontrent, elle est petite, au premier regard c’est le love. Mais pas le love gnan-gnan, non ! Le love pur et dur. Celui qui dure toute une vie. Le love puissant. Ça existe dans la vraie vie. Tu le vois. Tu le sais. C’est rare mais ça existe. Quoi que tu fasses, où que tu ailles, il y a toi et l’autre. Ralph a su, en voyant Meggie, que plus jamais il ne serait seul.

Toute une vie, à penser à Meggie, à croiser Meggie, à l’aimer, à la fuir, à regretter, à l’espérer. L’angoisse cette série, un suspense de malade. « Les oiseaux se cachent pour mourir« . Deux oiseaux vivent leurs vies, deux vies différentes, Ralph termine aux ordres du Vatican alors que Meggie est mariée à un méchant homme alcoolique, avec qui elle aura une fille : Fiona. Elle n’aime que Ralph. Puis elle divorce, et rejoindra Drogheda, le ranch de son enfance. Meggie veut Ralph. Ralph aime Meggie, mais il choisit un Dieu, qui n’est pas Meggie (c’est graaaaaaaaaaaaave rude !).

Meggie et Ralph se retrouvent sur une île, ils succombent à la passion, Meggie aura un fils : Luck. Ils se séparent car Ralph choisit de ne pas quitter les ordres (là, tu chiales) Ralph ne saura qu’il est père, qu’à la fin de sa vie. Meggie aura ensuite une fille et ce fils, lui aussi, rentrera dans les ordres. (Elle morfle la Meggie, te raconte pô !) Meggie à la fin de sa vie, retrouve Ralph, mais il meurt dans ses bras. C’est ballot !

Voilà, tu sais tout ce que tu dois savoir sur Ralph de Bricassart et Meggie Cleary, deux oiseaux qui se cachent pour mourir… J’ai bien connu le père Ralph (fille qui ne fait plus la différence entre homme-acteur-métier-jeu-cinéma-réalité)

Un soir, dans Paris, petite rue derrière l’église Saint Sulpice, une berline noire s’arrête devant moi, la porte s’ouvre, et là… qui en descend ? Le père Ralph ! Il n’est plus un acteur, il n’est plus un homme, il était, est et restera « le père Ralph de Briiicassart ». Il me regarde surpris, il sourit, je me sens mourir sur pied, je sens le love de Meggie me posséder, des pieds à la tête (putain mais quelle bombasse cet homme !) je suis prête à tout quitter pour le suivre, tout ! M’accrocher au pot d’échappement, au pare-choc, ne pas le quitter, mais je le laisse s’éloigner, dans la nuit noire du froid du fond de mon coeur. (bah ouai, c’est ça l’amour ! Fille qui saigne des oreilles tellement elle souffre) T’façon, je sais qu’il m’aime, je l’ai vu dans ses yeux mais il restera dans les ordres, donc je n’insiste pas (c’est beau l’amour). Ça, c’était avant le drame.

Plus tard, j’apprendrai que Richard Chamberlain est gay, jamais je ne l’accepterai. Jamais ! Non, laissez-moi… Je me fiche de votre ouverture d’esprit, blablabla (fille qui se bouche les oreilles, en boule, cachée sous son plaide bleu) je ne m’en remettrai paaaaaaaas ! Pourquoi ? Pourquoi luiiiiiiiii ? Naon, je ne veux parler à personne, laissez-moi faire mon deuil ! Le père Ralp, le premier drame de ma Life ! <–fille en dépression, trente sixième dessous.

Cette série marquera ma vie à jamais. J’étais petite (au cas où tu serais assez fourbe pour tenter de calculer les années, tu crois que je ne te connais pas ? Oh éhoh !), ce qui n’a pas empêché de l’aimer, au premier regard : Ralph.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :